chryslerC’est une Marque qu’on ne voit pas en Europe, et encore moins en France.

Mais pourtant, Chrysler est une Marque très connue outre-atlantique.
Dailleurs, si on vous demandait à quel grand groupe appartiennent les automobiles que l’on retrouve sous ce nom, peu d’entre nous donneraient une réponse exacte. Il faut dire que la vie de cette Marque est loin d’être un long fleuve tranquille. Créé en 1920, Chrysler a failli disparaître. Retour sur 100 ans d’histoire ( ou presque ).

Dès le début dailleurs, l’aventure ne s’annonçait pas des plus chanceuses.
En effet, Walter Percy Chrysler, qui voulait que son premier véhicule soit présenté au salon de l’automobile de New-York, se voyait refuser, en 1924, cette possibilité car la voiture n’était pas encore produite. L’industriel présenta alors sa construction dans le hall d’un hôtel, où un banquier la vit et accepta d’aider à sa commercialisation en souscrivant une participation de 5 millions de dollars.
En 1926, il y avait pèrs de 4000 concessionnaires Chrysler aux Etats Unis, qui bénéficiaient du succès des différents véhicules dont l’Imperial 80, la première voiture décapotable, et qui bénéficia d’une campagne de publicité sans précédent pour l’époque.
Les années 30 furent plus durs à vivre, puisque chahuté par d’autres Marques, elles aussi naissantes.

Avec la seconde guerre mondiale, les innovations furent mises de coté, la société fournissant des chars d’assaut aux forces allées.
Cependant, en 1941, la firme américaine proposa le Town & Country”, ce qui pouvait être considéré comme le mini-van d’aujourd’hui. Permettant de transporter jusqu’à neuf personnes, ce véhicule fut un réel succès sur les routes américaines.
On pensait alors que l’entreprise était sur de bons rails mais, malheureusement, les années 50 furent des années de déclin, avec la récession américaine.

Les investissements furent de retour dans les années 1960, avec notamment la construction du premier chassis monocorps.
Ainsi, en 1966, la Marque traversa l’Atlantique en achetant le groupe britannique Rootes Group et en rachetant à Fiat la marque française Simca. Et là aussi, ce qui pouvait paraître comme une bonne idée en fut une mauvaise finalement. En effet, le matériel trop vieux des usines anglaises était un frein à l’évolution de Chrysler, qui fut revendu à Peugeot et disparut, en Europe, sous la Marque Talbot.
Mais comme toujours, la vie de Chrysler est faire de haut et de bas. Avec la crise du pétrole, les berlines qui avaient le vent en poupe furent mises de côté par les consommateurs.
Et ce qui devait arriver arriva: le gouvernement américain dut renflouer la société pour éviter la faillite.

Au début des années 1980, les voyants étaient de nouveau au vert puisque les prêts sont remboursés et les nouveaux modèles se vendent très bien. Tout va donc pour le mieux jusqu’en 1998 où Chrysler fusionne avec l’Allemand Daimler-Benz, jusqu’en 2009 où, après plusieurs procès, le constructeur allemand décide de se débarrasser de Chrysler. Et c’est un peu le début de la fin ( ou d’une fin ).
Après une nouvelle intervention de l’Etat Américain, Fiat devient un des actionnaires de Chrysler. Petit à petit, le groupe italien prend possession de la Marque américaine pour en devenir l’unique actionnaire et transforme son groupe en Fiat Chrysler Automobiles.

Que réserve l’avenir à Chrysler ?
Nul doute qu’en vous rendant chez un concessionnaire de la marque Chrysler à Laval , vous pourriez en savoir plus …