dopage tour de france afld ama pierre bordry Le classement du Tour de France 2009 subira-il quelques bouleversement comme celui de 2008 ?

L’an dernier, sur le podium se trouvait l’Allemand Bernard Kohl, terminant même meilleur gimpeur, qui fut ensuite destitué, quelques mois après, de sa troisième place à la suite d’un contrôle anti-dopage indiquant qu’il était positif à l’EPO CERA, produit interdit.
Selon Pierre Bordry, directeur de l’Agence française de lutte contre le dopage, « des médicaments lourds, comme une substance pour produire de l’insuline qui est normalement utilisée par les diabétiques » auraient été découverts dans les poubelles de certains équipes. Précisant même avoir « la conviction que deux nouveaux produits ont été utilisés pendant le Tour, deux médicaments qui ne sont pas encore sur le marché. »

En cause, l’Aicar (aminoimidazole carboxamide ribonucleotide), un produit qui agit sur les tissus musculaires et permet de brûler les graisses, qui a « permis » de voir des cyclistes si maigres cette année. Et une EPO de troisième génération qui permet de maintenir le niveau d’hemoglobine, en phase clinique. La commercialisation n’étant prévue qu’en 2011 mais déjà interdit.

Depuis toujours, les tricheurs ont une longueur d’avance, mais celle-ci semble être de plus en plus courte…