vente-auto-aoutOn a l’habitude d’entendre: « quand le bâtiment va, tout va ». Est-ce vrai avec la main d’oeuvre étrangère que l’on peut trouver sur le chantier, très certainement encore…

Et c’est aussi souvent le cas pour le marché automobile. C’est notamment pour cela que différents gouvernements ont mis en place des primes pour l’achat de véhicules neufs. Balladurette ou Jupette, ces primes avaient permis au monde automobile de ne pas boire la tasse mais cela s’était arrêté dès leur arrêt.
Les chiffres du mois d’août sont donc « tombés » dernièrement et on assiste à une embellie du secteur. Les consommateurs ont, semble-t-il, délaissé les plages pour se rendre dans les garages. En effet, selon les chiffres communiqués par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), les ventes de véhicules neuf ont progressé de plus de 10% par rapport à août 2014. Et les constructeurs « français » ( même si les véhicules sont assemblées en dehors de l’hexagone ) s’en tirent plutôt pas mal.
Le groupe PSA Peugeot Citroën augmente des ventes de 15,2%, avec une progression de 18% pour Citroën (on n’a pas les chiffres de ventes de DS, la nouvelle marque du groupe ), Renault lui est pénalisé par Dacia qui baisse de plus de 16% et s’en sort avec seulement une hausse de 3,5%, ce qui n’est pas si mal vu les conditions.
Pour les autres constructeurs, les chiffres sont de :
– +18.9 % pour Nissan, plus forte hausse, ce qui redore un peu le blason de Renault,
– +15,3% pour Fiat,
– +12,2% pour Volkswagen,
– -10,3% pour Toyota,
– -2,1% pour Ford

Alors que les Constructeurs tablaient sur une progression des ventes de 2% pour 2015, la hausse des huit premiers mois de l’année 2015 avec une évolution positive des ventes de 5,9% par rapport à l’an dernier. Avec la rentrée, toutes les Marques réalisent des promotions, et donc on peut se demander si, par exemple, c’est le bon moment pour essayer une nouvelle voiture Kia chez un concessionnaire ?
C’est donc moins pire qu’on pouvait s’y attendre. Est-ce le début des prémices d’une relance de l’économie, nul ne peut le dire mais beaucoup l’espèrent. Pour le moment, les constructeurs font de nouveau appel aux intérimaires, qu’ils avaient mis dehors de leurs usines il y a quelques mois.

Existe-t-il d’autres secteurs baromètre comme la bâtiment et l’automobile. Je n’en vois pas …
En tout cas, les chiffres de septembre et des prochains mois seront observés, car cela pourrait être le singe de nouvelles embauches, de nouveaux emplois et d’une éventuelle baisse du chômage, que le gouvernement ( et le président notamment ) espère en 2016 … pour bien préparer les élections présidentielles de 2017 !