De nos jours, tout le monde s’est mis au numérique. Soit par envie, soit par nécessité, car pour faire sa déclaration d’impôts, cela se fait désormais en ligne.
Ce nouveau mode de fonctionnement permet de faire des économies: moins de papier, moins de personnel notamment … mais certains s’interrogent notamment. Est-ce réellement un progrès de passer au tout numérique ?

Recyclage des déchets électroniques

Ainsi, on a pris conscience des déchets que sont désormais les téléphones portables. Leurs obsolescences ( programmées ou pas ) font que de nombreux appareils se retrouvent dans la nature, au sens propre du terme. C’est ainsi que s’est créé un marché de recyclage, ce qui est bien pour tout le monde. Le client a un téléphone moins cher avec de nouvelles fonctionnalités par rapport à ce qu’il détenait auparavant et c’est un geste pour la planète puisque les composants électroniques ne se retrouvent pas jetés.

Et pour faire fonctionner tout cela, il faut avoir ses services internet qui tiennent la route, et cela passe donc par des hébergements de plus en plus conséquents. Ainsi, l’impact environnemental d’un hébergeur web n’est pas à prendre à la légère puisque la facture énergétique des hébergeurs est aussi de plus en plus conséquente.
Les centres de données possèdent des dizaines de milliers d’ordinateurs et de serveurs de grande puissance, la plupart d’entre eux avec une utilisation permanente du CPU et du disque dur, ce qui génère tellement de chaleur que le fournisseur a besoin généralement d’un système de refroidissement massif afin de maintenir des températures supportables dans ses installations.
C’est pourquoi de plus en plus d’hébergeurs offrent désormais des solutions écologiques.

Qu’est-ce qu’un hébergeur écologique ?

Attention cependant aux effets d’annonce, ce n’est pas parce qu’un hébergeur se dit « vert » qu’il est écologique. Pour entrer dans cette catégorie, l’hébergeur doit :

gérer les déchets d’équipements électriques et électroniques : il est impossible pour un hébergeur de s’en occuper seul, il doit alors faire appel à un prestataire, qui répond à des normes précises ( bien souvent, les hébergeurs se dirigent vers un sous-traitant qui ne « connaît pas véritablement son métier ).
Communiquer sur son « Power Usage Effectivness » ( PUE ), qui est un bon indicateur pour juger de l’efficience globale d’un Datacenter (rendement des Onduleurs/alimentations, conception du refroidissement, taux d’utilisation des serveurs (virtualisation)). Il est rare de voir cet élément apparaître sur les documents des hébergeurs … si celui-ci se revendique « vert », on doit voir noter ce PUE.
Faire part de sa politique d’achat : pour chaque nouvelle acquisition, l’éco-conception, la consommation d’énergie, la durée de vie, les labels sont-ils pris en considération ? Il existe des normes pour les moniteurs, les serveurs, les onduleurs … c’est un vaste chantier, mais quand on sait ce qu’on veut, il faut mettre en place ce qu’il faut pour l’obtenir.
S’alimenter en énergie « verte »: c’est un premier pas important en direction de l’écologie. Avant de vouloir moins consommer, il faut mieux consommer en utilisant ce qui pollue moins … et peut être même en produisant sa propre énergie.
– Indiquer sa compensation carbone. Vous en avez sans doute entendu parler, notamment quand cela concerne les avions, mais est aussi valable en termes d’hébergement. Il faut ainsi réduire les émissions de CO2, puis mieux consommer pour enfin compenser les émissions restantes (transport des employés, chauffage, etc.).

Comme vous le voyez, le monde numérique comporte certaines contraintes, mais grâce à elle, on peut rêver d’un monde meilleur.

  • Fascinated
  • Happy
  • Sad
  • Angry
  • Bored
  • Afraid