collageneLe collagène, on en entend parler mais qui sait réellement ce que c’est ?

Car il y a, comme souvent, 2 sortes de collagène: le collagène naturel et celui « fabriqué ».
Il faut, en effet, savoir que Le collagène est une protéine. Et donc elle est présente dans toutes les structures du corps : peau, cartilages, tendons, ligaments et tissus conjonctifs. Cela représente même 30 % à 35 % des protéines totales de l’organisme, assurant la cohésion, l’élasticité et la régénération de tous ces tissus. Ainsi, dans le corps humain, le collagène est de trois types principaux : celui de type I, le plus abondant, se trouve dans la peau, les tendons, le tissu osseux; celui de type II se trouve dans les cartilages; celui de type III se trouve dans les muscles et les parois des vaisseaux.
Certaines personnes peuvent en manquer et doivent alors lutter contre cette carence en en absorbant.

C’est aussi pour cela qu’il existe le collagène sous forme de complément, issu de la gélatine.
Cette dernière provient des os et de la peau d’animaux, le plus souvent de bovins ou de porcs d’élevage, à différents traitements : nettoyage, dégraissage, traitement à l’aide d’acides ou de bases, extraction par hydrolyse, purification, concentration et séchage. La gélatine ainsi obtenue trouve de nombreux usages dans l’industrie alimentaire, notamment comme agent de texture, mais également dans l’industrie pharmaceutique qui l’emploie pour la fabrication de capsules. Elle est aussi utilisée dans la fabrication de papiers et de pellicules photographiques.

Car les bienfaits du collagène liquide sont nombreux. Si les ébénistes de l’Égypte antique s’en servaient pour fabriquer la glu qui fixait les pièces de bois, son utilisation est différente de nos jours, bien entendu. Ainsi, si son action sur l’arthrose est soumise à question, une étude réalisée en 2008 sur des sportifs a démontré son efficacité si celui-ci est pris pendant plus de 3 mois à raison d’une faible dose.
En 2012 ( donc très récemment ), nouvelle étude qui corrobore la première puisque une prise de 1200g quotidienne pendant 6 mois a permis de diminuer, sur plus de 50% des participants à l’étude, les douleurs articulaires des membres inférieurs.
Même s’il faut confirmer ces différents éléments, le collagène est donc un ingrédient de guérison à considérer, mais attention à sa contre-indication: les personnes souffrant d’insuffisance rénale doivent, pour cette raison, se rapprocher de leur médecin avant de prendre de l’hydrolysat de collagène.
En outre, en 2001, la Commission européenne a interdit l’utilisation des vertèbres de bovins dans la fabrication des produits alimentaires et la France a carrément interdit celle des os de ruminants, ce qui permet d’éviter toutes suspicions.