ethylotest controle alcoolémie loi avocat jurisprudence Après l’affirmation que les radars automatiques ne seraient pas fiable, nouvelle mise en cause de la répression routière.

Cette fois, ce sont les contrôles d’alcoolémie qui seraient mises à mal.
En effet, Jean Baptiste Iosca, un avocat, indique avoir obtenu la « relaxe » d’un de ses clients jugé pour conduite en état d’ivresse. En effet, selon l’homme de loi, « il doit y avoir un délai de 30 minutes entre le moment ou un automobiliste a mangé, bu, ou fumé, pour que le test soit exact et non vicié par exemple par la nicotine, qui peut avoir des interactions », dixit la notice d’utilisation.
Du côté de la Sécurité Routière et du Gouvernement, on indique que cette décision de justice ne peut en aucun cas valoir de jurisprudence puisqu’en cas de contrôle positif « un deuxième test est prévu par le code de la route à la suite du premier ». En outre, Maître Iosca indique que certains « ne sont pas fiables en dessous d’une température de 10 degrés, et au dessus de 40 » et « qu’il ne doivent pas être stockés dans un endroit humide« .

Nous tenons à rappeler, cependant, que la consommation d’alcool est à faire modérément…