A la une

L’écologie au service de la grande distribution

La préservation de l’environnement et une attitude de consommateur plus vertueux sont des notions qui commencent à trouver un écho auprès du grand public. Bien qu’il reste énormément à faire, surtout lorsque l’on constate les décharges sauvages et la quantité de plastique déversé dans nos océans, on constate une prise de conscience généralisée. Celle-ci est plus marquée dans la catégorie socio-culturelle que les médias appellent les « jeunes ». Comme si, soit dit en passant, les plus anciens d’entre nous n’étaient pas concernés par le sujet. Pourtant, il y a quelques temps on ne prenait pas l’avion pour faire un week-end à Barcelone ou à Rome, cela coûtait trop cher. Les « jeunes » le font sans se poser de questions sur l’impact carbone que cela produit sur la planète… Parfois, il existe des contradictions que les journalistes et politiques n’osent pas pointer pour ne pas perdre de lecteurs ou des électeurs potentiels. Il semblerait qu’actuellement la jeunesse soit la cible et que le bien-être de la planète soit le thème qui peut le mieux les accrocher. Cette appétence pour l’écologie de la part de notre jeunesse n’a pas échappé à la grande distribution, qui commence à changer ses stratégies marketing et publicitaires. Prospectus et catalogues digitaux Quel moyen utilisent les jeunes pour s’informer de nos jours ? Réponse facile : le smartphone. Ils sont de plus en plus nombreux à consulter leur téléphone portable pour avoir accès à l’information. La grande distribution commence donc à évoluer avec les modes de consommation, principalement chez les jeunes urbains. Plutôt que d’inonder les boîtes aux lettres des villes de catalogues et prospectus, les distributeurs se tournent vers le digital. C’est l’option que la chaîne Aldi a choisi pour faire la promotion de ses produits et faire bénéficier à ses clients des meilleures offres. Procéder de la sorte permet…
300
A la une

5 idées d’entreprises écologiques

La fièvre de l’entrepreneuriat vous brûle de jour comme de nuit. Comme Sir Richard Branson, vous voyez des opportunités d'investissements à tous les coins de rues. Sauf votre empreinte carbone est d'une importance cruciale à vos yeux. Changer le monde ? Pourquoi pas ! Mais cela ne doit pas se faire au détriment de la nature. Ami écologiste, pour toi qui lis ces lignes, voici 5 façons d'entreprendre sans polluer. 1- Se lancer dans l'agriculture biologique Sans savoir pourquoi, vous avez toujours été attiré par les grands espaces. La vie en ville n'est pas pour vous. C'est l’endroit où vous vivez, où vous travaillez, où se trouvent vos proches, mais dans le fond, la nature vous appelle. Cessez de résister et suivez votre vocation. 2- Créer une entreprise de recyclage "Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme". La citation de Lavoisier n'est pas véridique qu'en chimie. Dans la vie de tous les jours, ce qui est considéré comme un déchet peut se révéler être une vraie mine d'or. Récoltez les bouteilles de verre usagées, faites-les fondre et produisez-en de nouvelles. Les déchets plastiques sont la pandémie écologique de ce siècle. Et si au lieu d'en produire de plus en plus chaque année, on réutilisait ceux déjà présents ? Collectez-les, réduisez-les en granulés et revendez-les aux entreprises environnantes à faible coût. 3- Mettre sur pied un e-commerce Certaines familles sont fièrement commerçantes de génération en génération. Si vous en faites partie, félicitations ! Vous continuez d'écrire la légende familiale en la mettant au goût du jour. Si ce n'est pas le cas, félicitations aussi ! Vous êtes un pionnier ! Moins chronophage que son équivalent offline, l'e-commerce permet de transcender les barrières géographiques. Si vous êtes doué de vos mains, vous pouvez confectionner des articles originaux et…
300
<
A la une

L’écologie au coeur de la vie ?

Il y a quelques semaines a eu lieu les élections européennes. Avec des résultats surprenants, qui a vu l'effondrement des partis dit "traditionnels" et la forte montée d'un parti écologiste. Il semble que ce soit les "jeunes" qui ait décidé de voter "vert". Il faut dire que la mobilité et l'environnement pèse vraiment sur la vie quotidienne. Cependant, et comme bien souvent, les décisions prises ne font pas écho auprès de ceux qui devraient les appliquer ( ou les faire appliquer ). Au delà des lois mises en place, il faut reconnaitre que de nombreuses entreprises se sont spécialisés dans le monde de l'écologie. Et l'un des premiers domaines dans lequel il faut agir est celui des déplacements. Le Concorde a ainsi été mis aux oubliettes car ils consommaient énormément d'énergie pour un bénéfice désormais limité avec l'évolution de la technologie. Et il y a un autre domaine où l'environnement est un axe de développement, c'est celui de la logistique. En effet, avec internet, on se fait tous livrer après avoir commandé sur le web sur notre site préféré. Cela nous évite de nous déplacer et donc de polluer ... mais est-ce la solution miracle pour prendre soin de notre planète ? Or stocker, entreposer, livrer des produits consomme de l'énergie. Il faut donc faire en sorte qu'on en utilise le moins possible et de manière réfléchie. Ainsi, chez le 1er fabricant français bio indépendant en France, Lea Nature, une solution simple a été mise en place pour réduire les source d’émissions de CO2. Les camions de livraison du transporteur, avec qui la société a un contrat, sont passé en « double plancher ». Cela signifie que si les palettes sont homogènes et que cela est possible, les camions sont chargés avec des palettes sur deux étages, ce qui a…
300

La Poste se met au vert !

Non, ce n'est pas la nouvelle couleur des facteurs ! Il est question ici d'écologie. Dès demain, au côtés du timbre rouge qui affranchit les lettres, vous trouverez un timbre vert "écologique". Qu'est ce que cela veut dire ? Pour un prix de 57 centimes, une lettre de 20 grammes est livrée en 48 heures, sans emprunter la voie des airs. Exceptions des courriers à destination des DOM ou de la Corse, bien entendu. Cette offre s’insère ainsi entre les deux services existant. Le traditionnel timbre à 60 centimes d’euros qui permet une livraison plus rapide, en 24 heures, et celui à 55 centimes qui achemine le courrier en quatre jours ouvrables. Si les clients optent en masse pour ce timbre, l'Aéropostale ne sera plus bientôt qu'un lointain D'autant plus que la Poste va lancer aussi le "timbre jaune". L'entreprise va vivre avec son temps avec cette offre. Baptisé, "lettre en ligne", ce service permettra de transformer un mail écrit via un ordinateur ou un Smartphone en une lettre "traditionnelle" en papier, envoyée partout dans le monde. L’utilisateur enverra un e-mail au site Internet de La Poste qui l’imprimera et le transformera donc en lettre pour l'envoyer sous format papier jusqu’au domicile du destinataire. Coût : 99 centimes. A prévoir la suppression des facteurs ?
300
<

Le Japon est dans … l’hémisphère Sud ?

Non ce n'est pas une conséquence du tremblement de C'est une erreur de Cécile Duflot sur BFM TV. Invité chez Ruth Elkrief, la secrétaire nationale de Générationd'Europe Ecologie indique, à 4min 48 secondes, que le Japon est ds l'hémisphère Sud et qu'a priori les vents de l'hémisphère y restent. Jacques-Emmanuel Saulnier, porte-parole du groupe Areva, numéro 1 mondial du nucléaire, rectifie l'erreur de Cécile Duflot qui prend ensuite la parole comme de rien n'était. Bizarre que la journaliste n'ait pas corrigé l'erreur de son invité... Et ce n'est pas un coup de Jean Jacques Bourdin pour une fois !
300

Google aime le Shweeb

Google se veut une entreprise Et à ce titre, l'entreprise a investit dans plusieurs sociétés écologiques. Le dernier pari du géant américain se nomme "Shweeb" ( prononcez "shouib" ) et est un vélo monorail translucide dans lequel une personne couchée pédale pour avancer. Au dépar, c'est un sport original inventé en Nouvelle-Zélande, mélange de vélo et montagnes russes… Le monorail aérien supporte des tubes transparents contenant les pédales. Plus vous pédalez vite et plus allez vite… Google a ainsi sélectionné ce projet pour recevoir la somme d'1 million de dollars destiné la recherche et le développement de la technologie Shweeb, afin qu'elle puisse notamment être testée en milieu urbain.
300

Le strip-tease de Greenpeace

Greenpeace aurait-elle décidé de faire du Peta ? On peut se le demander en voyant la dernière campagne de publicité lancé par l'organisation écologique. Alors que l'on est désormais habitué de voir des stars nus plutôt qu'à poil ( en fourrure .. ), voilà que l'organisation "verte" proclame elle aussi qu'il est bon de revenir à l'état naturel. La pub est déclinée en 2 versions, masculine et féminine et compare l'épilation de nos parties intimes à la déforestation avec la mention "faites-le à la sauvage !". A noter que ces videos s'affichent sur des panneau publicitaires classiques grâce au code QR.
300

Après le « Vélib », le « Piélib », le taxi « pédestre »…

L'écologie est un une réalité mais également un marché... Est-ce pour démontrer l'absurdité de quelques solutions proposées qu'a été présenté le "Piélib", le pendant pédestre du "Vélib" ? En effet, ce week-end, les badeaux parisiens ont pu assister à une parodie du groupe Improvisations. Ceux-ci proposaient à qui voulait d'être conduit où il désirait par "taxi pédestre". "100% naturel, 100% bio, 100% écoresponsable", carburant au "jambon-beurre sans plomb 95 ... tout pour tourner en dérision le "business écolo". A développer en région ? ;-)
300