[ad_1]

HELSINKI–(BUSINESS WIRE)–Une nouvelle étude historique dévoile des informations alarmantes sur les plateformes technologiques dont les délinquants se servent pour abuser sexuellement des enfants en ligne. L’étude, qui s’est penchée sur plus de 30 000 possesseurs de matériel pédopornographique (child sexual abuse material, CSAM), révèle des informations importantes pour lutter contre la prolifération des abus sexuels et l’exploitation des enfants en ligne.




La recherche a permis de révéler que 40 % de ces délinquants ont tenté d’entrer en contact avec un enfant, et que parmi ces derniers, 70 % ont initié ce contact en ligne, principalement via les réseaux sociaux, les jeux en ligne ou les plateformes de messagerie (Instagram, Facebook et Discord étant les plateformes de médias sociaux les plus exploitées). Selon l’étude, les applications de messagerie chiffrées de bout en bout comme Telegram, WhatsApp et Signal, sont des outils souvent utilisés pour permettre ces activités illicites. Elles sont privilégiées par les délinquants en raison de la sécurité et de la confidentialité qu’offre le chiffrement de bout en bout, leur permettant de commettre des délits sans craindre d’être repérés.

Le 20 février, Protect Children présentera les résultats de cette étude pour la première fois au Parlement européen. Cet événement facilitera un dialogue actif avec les décideurs politiques et les représentants du secteur des technologies sur la nécessité urgente pour ce secteur d’intensifier ses efforts pour lutter contre les abus sexuels et l’exploitation des enfants en ligne.

Le secteur des technologies doit intensifier ses efforts pour assurer la sécurité des enfants en ligne

En réponse aux conclusions de l’enquête, Protect Children a émis une série de recommandations concrètes à l’intention du secteur des technologies afin qu’il intensifie ses efforts pour lutter contre l’exploitation et les abus sexuels des enfants en ligne. Il s’agit notamment d’adopter une approche fondée sur les droits de l’enfant dès la conception des plateformes, d’améliorer la détection et la suppression du matériel pédopornographique, et d’assurer la mise en place de processus rigoureux de vérification de l’âge.

Protect Children demande instamment aux entreprises technologiques de ne pas appliquer le chiffrement de bout en bout sur leurs services sans les mesures appropriées permettant d’assurer l’accès aux preuves par les forces de l’ordre, ainsi que la détection et la signalisation à tout moment de la présence de matériel pédopornographique.

La recherche a été menée avec le soutien de Safe Online. Il convient toutefois de noter que les opinions, conclusions et recommandations exprimées sont celles de l’auteur de Protect Children, et qu’elles ne reflètent pas nécessairement celles de Safe Online.

Lisez le communiqué de presse complet ici : https://www.suojellaanlapsia.fi/en/post/press-release-200224

Lisez le rapport de recherche ici : https://www.suojellaanlapsia.fi/en/post/tech-platforms-child-sexual-abuse

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Nina Vaaranen-Valkonen, Directrice exécutive, nina.vaaranen-valkonen@suojellaanlapsia.fi
+358 40 747 8829

Tegan Insoll, Responsable de la recherche, tegan.insoll@suojellaanlapsia.fi
+358 40 610 2000

[ad_2]