C’est une valeur refuge, notamment en période de « crise ».

En effet, l’achat d’un bien immobilier offre des revenus récurrents et assurés, même s’il comporte certains risques.
Souvent, on n’ose pas investir car c’est se « créer » un crédit … mais l’important n’est pas ici l’argent que vous dépensez mais ce que cela va vous rapporter. Si vous savez négocier votre prêt immobilier, votre achat n’en sera alors que plus profitable.

investir-immobilierVoici donc quelques conseils destinés à réaliser une bonne opération financière:

1/ Tout d’abord, il faut se renseigner sur le marché immobilier: pourquoi un appartement est-il mis en vente à un prix si haut, si bas ? pourquoi est-il en vente depuis plus d’un an ? Des travaux sont-ils prévus ? Faire parler le vendeur peut vous apporter de précieux renseignements : s’il est pressé de vendre, vous allez pouvoir négocier plus facilement le prix de vente.

2/ Fixer vous un objectif concret: oui, vous voulez acheter mais pas à n’importe quel prix. Le vendeur lui veut vendre au prix le plus élevé, il va falloir donc que vous vous accordiez sur la somme en question. Généralement, le vendeur sait que son acheteur potentiel va essayer de négocier le prix proposé, et a donc inclus cette base de négociation dans son prix de vente. Aussi, ne pas tenter de le faire baisser vous fait rater une bonne affaire.

3/ Préparez votre dossier: vous allez ainsi montré au vendeur que vous êtes réellement intéressé par son bien: carte des prix au mètre carré dans le quartier, annonces de bien similaires ( moins chers bien évidemment ) que vous avez également en vue, des devis pour les travaux éventuels.

4/ Attention à bien interroger les différents établissement de prêt car une assurance-prêt hypothécaire est obligatoire si votre mise de fonds est inférieure à 20%. Or de nos jours, on peut emprunter sans apport … et même faire financer son bien à 110%, ce qui couvrira également les frais de notaire obligatoires dans ce type de transaction.

5/ Préférez le « face à face ». Evitez de négocier par téléphone car vous ne voyez pas comment réagit votre interlocuteur. Si le vendeur n’accepte pas les conditions que vous lui proposez, indiquez lui le prix maximal que vous seriez prêt à payer et dans quel délai, il suffira alors d’attendre que le temps joue en votre faveur. Si le vendeur a réellement besoin de vendre, il reviendra vers vous et c’est vous qui aurez les cartes en main pour clore la négociation. Le temps est, en effet, l’ami de l’acheteur et l’ennemi du vendeur.