Avez-vous déjà entendu parler du canal carpien ?

Peut être que vous ou quelqu’un de votre famille en souffre sans le savoir.
En effet, le syndrome du canal carpien est similaire à un engourdissement et à des fourmillements dans les doigts. En outre, il s’accompagne d’une perte de force musculaire dans le poignet et la main concernés. C’est un mal qui avait un temps disparu, et qui frappait surtout les femmes notamment lors de la ménopause mais ce mal fait peu à peu son apparition, notamment avec une utilisation massive du clavier d’ordinateur et de la souris. En effet, il a été remarqué que le risque est, généralement, plus élevé chez les travailleurs qui ont notamment des mouvements répétés du poignet et de l’avant bras pendant des périodes prolongées, des mouvements nécessitant une force importante…
Même si une utilisation abusive des outils informatiques ne veut pas dire obligatoirement qu’il va falloir se faire opérer votre tunnel carpien, les symptômes ne sont pas à prendre à la légère dès leur apparition.

Car pris au plus tôt, il est plus facile de gérer la situation sans passer par une opération chirurgicale. Même si 11% des femmes sont touchés , et seulement 3.5% des hommes, il faut surveiller cela notamment à l’approche de la cinquantaine pour éviter des complications éventuelles et/ou des soins plus sérieux.
Il est ainsi possible, en cas d’affection bénine, de porter une simple attelle pour immobiliser le poignet, de réaliser des infiltrations de corticoïdes, de se faire prescrire des antalgiques ou des anti-inflammatoires.

si la situation s’avère plus grave, il y a là aussi plusieurs méthodes de “guérison”:
-la technique “à ciel ouvert” : qui consiste à une incision de 3 cm de la paume de la main,
– ou la technique par voie endoscopique, appelée également endocanalaire : le chirurgien pratique une incision d’environ un centimètre, réalisée dans le pli de flexion du poignet, ce qui donne une cicatrice plus discrète que dans le cas d’une intervention “à ciel ouvert”.
Quelque soit l’opération réalisée, celle-ci se déroule en chirurgie ambulatoire, c’est à dire que le patient ne reste pas une journée à l’hôpital.

Cependant, les soins consécutifs à l’opération réalisée ne sont pas à négliger: des pansements et une reprise progressive de l’utilisation de la main sont à prévoir. Le mal devrait disparaitre progressivement et en moyenne 4 semaines après sa prise en charge, le patient retrouve l’utilisation de la main et son poignet comme avant.

Pour plus d’informations, et dès les premiers gènes, n’hésitez pas à en parler à votre médecin qui saura prendre les décisions qui s’imposent.