Les frontières ont toujours été l’occasion de nombreuses discussions entre les pays, et parfois à certaines guerres.

Parfois, les contours d’un pays mettent plusieurs années avant d’être clairement définis.
C’est ce qui se passe avec le Burkina-Faso et le Niger, pour qui il a fallu l’intervention de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye pour définir les limites des 2 pays africains. La situation serait simple s’il était question uniquement de terres … mais celles-ci sont habitées et donc certains habitants vont clairement changer de nationalité, en n’ayant rien demandé et en ne se déplaçant pas.
Le Burkina-Faso récupère ainsi 786 km2 qui étaient auparavant nigériens, et le Niger reçoit lui 277 km2 qui étaient auparavant la possession de son voisin. Ainsi, le Burkina Faso gagnera “14 villages”, et le Niger “quatre” d’ici 2016.

La secrétaire permanente de la commission nationale des frontières du Burkina Faso, Kouara Apiou Kaboré, a par ailleurs indiqué que les habitants concernés pourront choisir leur nationalité dans un délai de 5 ans, soit garder leur ancienne nationalité, soit opter pour la nouvelle.

A suivre ?