Les fêtes de fin d’année sont l’occasion de faire des cadeaux…

Plaisir d’offrir, joie de recevoir.
Et c’est aussi le moment de penser à ceux qui n’ont pas la possibilité de passer ces fêtes dans de bonnes conditions. Et au premier titre les enfants, notamment ceux des pays en voie de développement ( ancien pays défavorisés ). Je ne vais pas ici parler de bonnes résolutions pour l’an prochain, car à peine 10% d’entre elles sont tenues.
Parfois, on penser que donner à un programme d’aide aux enfants confrontés à des situations de crises diverses est compliqué, or ce n’est pas vrai bien au contraire. Qe ce soit un don unique ou un don mensuel, rien n’est plus facile que cela surtout à l’ère d’internet.

Tous les enfants du monde devraient avoir le droit d’avoir une enfance comme les autres. Un don permet de fournir un soutien considérable aux enfants dans le besoin en leur apportant une bonne alimentation, de l’eau potable, des soins médicaux, du secours d’urgence lors de catastrophes naturelles, mais aussi de la protection contre toutes formes d’exploitations. Et chaque don compte, si vos revenus ne vous permettent qu’un petit don, le geste est encore plus fantastique de votre part.
Selon les Nation Unies, plus d’un quart des enfants du monde manifestent des signes de malnutrition, ce qui les rend vulnérables à de nombreuses maladies mortelles. Alors qu’il suffit que chacun de nous fasse un geste pour éradiquer ce problème.

J’en entends déjà se plaindre: « il faut toujours donner ! ». Il est vrai que nous sommes fortement sollicité mais entre ne rien faire et faire un petit peu, il y a un choix à faire, non ? Les élans de solidarité qui se créent lors de catastrophes naturelles démontrent bien qu’il est possible de changer ( ou tout au moins d’essayer ) les choses alors pourquoi attendre que cela aille mal pour agir ?
Je ne voulais surtout pas rappeler que certains dons donnent droit à des réductions d’impôt mais cela ne doit pas être un but. Et même si c’est un but pour certains, si cela permet de sauver des vies, c’est tant mieux ! Agir plutôt que réagir ! Prévenir plutôt que guérir !

Ces prochains jours, vous allez recevoir de nombreux messages vous souhaitant de bonnes fêtes ou vous adressant des voeux pour l’an nouveau, il serait de bon ton de remettre la solidarité au centre de nos préoccupations en aidant au quotidien ceux qui doivent l’être.